Les clés du remboursement du prêt immobilier (suite)

Si le remboursement anticipé de votre prêt immobilier n’est pas forcément une solution judicieuse pour vous, d’autres leviers peuvent être actionnés pour réduire vos mensualités ou la durée de remboursement. Vous avez en effet la possibilité de renégocier les conditions de votre contrat avec votre banque, de procéder au rachat de votre crédit ou d’opter pour la modularité de vos mensualités.

 

Renégocier les conditions du prêt immobilier pour en optimiser le coût

Les taux d’intérêt n’ont eu de cesse de baisser en France, et s’ils n’atteignent plus les records de 2016, ils demeurent encore aujourd’hui très avantageux. Un taux de prêt immobilier plus bas peuvent vous permettre de faire une grosse économie, c’est pourquoi vous avez tout intérêt à vous rapprocher de votre banquier pour le renégocier s’il se situe au-delà des taux pratiqués actuellement. Cependant, il ne vous accordera pas le même taux que celui proposé à la souscription d’un nouveau crédit, il se situera en général 0.6 ou 0.7 % au-dessus.

Alors, comment bien renégocier son prêt immobilier avec sa banque ? Il n’existe pas de solution miracle : mettez en avant votre relation avec l’établissement et n’hésitez pas à produire des offres que vous aurez sollicitées auprès de banques concurrentes.

Si votre banque se montre réticente quant à la renégociation des termes du prêt immobilier, vous pouvez vous tourner vers votre courtier pour qu’il le négocie avec d’autres établissements pour le faire racheter.

 

Ai-je intérêt à racheter mon emprunt immobilier ?

Deux hypothèses dans le rachat de crédit : soit vous en avez souscrit plusieurs et vous cherchez à les regrouper dans le même établissement pour alléger les mensualités, soit vous souhaitez transférer votre prêt immobilier dans une banque concurrente qui vous propose un taux d’intérêt plus bas. Cela dit, pour que l’opération soit financièrement avantageuse, il faut que :

Le nouveau taux d’intérêt présente un écart d’au moins 1 point ;

Il reste une durée de remboursement au moins égale à la moitié de la durée initiale. En effet, si vous avez déjà remboursé la totalité des intérêts et que le capital restant dû est moindre, vous avez peu d’intérêt de procéder au rachat du crédit.

De plus, vous devrez payer des frais à votre banque actuelle pour le remboursement anticipé de votre prêt. N’oubliez pas de les prendre en compte pour déterminer si le rachat est pertinent.

 

La modularité des mensualités : une option en cas de difficulté de remboursement

La perte d’un emploi ou un accident de la vie peut compromettre votre capacité à faire face aux mensualités de votre prêt immobilier. Certaines banques vous proposent la modularité de ces dernières, aussi bien à la hausse en cas de rentrée d’argent, qu’à la baisse en cas de coup dur. L’avantage, quand la modularité est prévue au contrat, c’est qu’elle n’entraîne aucun frais supplémentaire lorsqu’elle est actionnée.

Parfois, les conditions d’application sont assez restreintes : plafonnement du montant des mensualités, possibilité offerte après un certain nombre d’années, preuve du changement de situation…

Changer le montant de vos mensualités peut ainsi vous aider à solder plus rapidement votre prêt immobilier et également d’en optimiser le coût.

 

Que se passe-t-il une fois que j’ai remboursé mon prêt ?

Une fois que vous aurez remboursé votre crédit, selon l’échéancier prévu ou par anticipation, vous devrez penser encore à plusieurs choses :

Si une hypothèque grève votre crédit, il vous faudra procéder à sa mainlevée, une opération qui peut vous être facturée dans le cadre d’un rachat ou d’un remboursement par anticipation ;

Si votre assurance de prêt immobilier court encore, il vous est possible de demander le remboursement partiel des cotisations déjà versées. Il en va souvent de même pour les cotisations versées au fonds de garantie de la caution mutuelle.

N’hésitez pas à vous rapprocher de votre conseiller Avisofi pour déterminer la solution la plus pertinente pour le remboursement de votre prêt immobilier. 

Par | 2019-07-01T09:34:25+00:00 1 juillet 2019|A la Une, Prêt immobilier|0 commentaire