Bien investir dans l’immobilier (sixième partie)

Comment bénéficier de réductions fiscales importantes en investissant dans l’immobilier ? Avisofi vous guide pour vous y retrouver parmi la loi Pinel, le régime Censi-Bouvard ou la réalisation de déficit foncier.

1. Faire de l’investissement en loi Pinel

Valable jusqu’au 31 décembre 2017, ce dispositif permet à un ménage achetant un logement neuf de déduire de ses impôts sur le revenu une partie du prix d’achat de ce dernier. En fonction de la durée d’engagement, cela peut s’appliquer sur une période de 6, 9 ou 12 ans. La réduction maximale d’impôt est de 63 000 euros sur 12 ans, soit l’équivalent de 5 333 euros par an. Cette réduction d’impôts est proposée aux personnes qui investissent dans le neuf et mettent ensuite en location, en respectant certains critères.

2. Utiliser le régime Censi-Bouvard

Autre type d’investissement immobilier défiscalisé, le régime Censi-Bouvard cible plus spécifiquement la mise en location de logements meublés. En achetant plusieurs logements de ce type la même année, vous cumulez également les réductions d’impôt. Attention toutefois, tous les logements ne sont pas éligibles à cette défiscalisation : il s’agit souvent de résidences étudiantes avec services ou de résidences avec services agréées pour personnes âgées ou handicapées.

3. Faire du déficit foncier en rénovant un logement ancien

Solution idéale pour réduire votre niveau d’imposition tout en vous constituant un patrimoine immobilier, il vous faut toutefois être bon bricoleur ou avoir un important réseau d’artisans. En effet, vous pouvez acheter de vieux logements, nécessitant d’importants travaux de rénovation et de remise aux normes, et faire en sorte que les frais liés à l’investissement soient beaucoup plus importants que les loyers perçus par la mise en location. De ce fait, vous créez un déficit foncier, déductible de vos autres revenus pour réduire vos impôts.

4. Un logement en Outre-Mer pour moins d’impôts

Très souvent, les logements en Outre-Mer peuvent bénéficier des avantages fiscaux présentés ci-dessus, mais de manière encore plus conséquente. Toutefois, prenez garde à la distance géographique : vous ne pourrez pas vous rendre sur place aussi souvent que pour un logement en métropole. Soyez donc particulièrement vigilant face aux informations que vous recevez avant de vous engager.

Retrouvez tous nos autres conseils pour bien investir dans l’immobilier en suivant ces liens : première partie, deuxième partie, troisième partie, quatrième partie et cinquième partie.

Par | 2016-11-24T16:34:59+00:00 11 juillet 2016|Fiscalité, Immobilier, Investir dans l'immobilier|Commentaires fermés sur Bien investir dans l’immobilier (sixième partie)