Bien investir dans l’immobilier (cinquième partie)

Pour investir dans l’immobilier, suivez les conseils de nos experts Avisofi ! Aujourd’hui, la location meublée, l’achat d’un immeuble entier et les SIIC et REIT.

Nous continuons notre série sur les investissements immobiliers, dont vous pouvez retrouver les précédents articles en suivant ces liens : premier, deuxième, troisième et quatrième. Nous traiterons dans cet avant-dernier opus de notre série de la location meublée, professionnelle ou non, des SIIC, et de l’achat d’un immeuble complet.

1. La location meublée en tant que non professionnel

Nous avons déjà traité de la location nue (ou vide) : en quoi diffère la location d’un bien meublé ? En tant que propriétaire bailleur, vous avez la charge de meubler l’appartement ou la maison avec de la literie, des meubles, le nécessaire de cuisine, etc., de sorte qu’une famille puisse y vivre. La location en tant que LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel) possède des spécificités propres, telles qu’un bail de location d’un an maximum, avec un préavis d’un mois. La fiscalité y est toutefois plus attractive que pour une location vide.

2. La location meublée professionnelle

Si vous développez votre activité de location meublée, de manière à obtenir des revenus fonciers d’au minimum 23 000 euros par an, le statut LMP (Loueur en Meublé Professionnel) devient nécessaire. Ces revenus doivent également correspondre à au moins 50 % des revenus de votre foyer fiscal, et il faut vous enregistrer auprès du registre du commerce et des sociétés, en qualité de LMP. Ainsi, vos biens meublés en location sont considérés comme du patrimoine professionnel, et ne sont plus comptabilisés en ce qui concerne l’ISF (impôt de solidarité sur la fortune).

3. Acheter un immeuble entier

Afin d’augmenter la rentabilité d’une location d’appartement, il est parfois plus intéressant d’acquérir un immeuble entier. Vous restez maître de la situation, pouvant effectuer des travaux quand vous le voulez et à votre rythme. Les propriétés de ce type les plus recherchées sont celles contenant peu d’appartements (entre 2 et 5), car elles nécessitent moins d’investissement et de gestion.

4. Investir dans des SIIC ou REIT

Vous souhaitez devenir propriétaire d’une partie de très grands bureaux ou centres commerciaux, partout dans le monde ? Deux types d’investissements correspondent à ce souhait. En France, il s’agit des SIIC, sociétés d’investissements immobiliers cotées. Comme pour les SCPI, vous êtes soulagé des questions de gestion et d’administration. Cela équivaut globalement aux REIT (Real Estate Investment Trust Type) américaines et canadiennes. Toutefois, ces dernières ont l’obligation de reverser une grande partie des revenus locatifs qu’elles génèrent à leurs actionnaires.

Par | 2016-11-24T16:34:59+00:00 4 juillet 2016|Fiscalité, Immobilier, Investir dans l'immobilier|Commentaires fermés sur Bien investir dans l’immobilier (cinquième partie)